DIOCESE ST BRIEUC

RCF Côtes D'Armor

CEF

KTO

Vatican

Editorial

 

 

 

Edito : SERVIR HUMBLEMENT

 

             Alors que l’Avent nous fait entrer dans une nouvelle année liturgique qui annonce Noël, il faut nous tourner vers ceux et celles qui font et feront encore vivre nos communautés. Notre communauté pastorale confie aux relais, la première place. Dans la proximité se trouvent en effet les relations humaines sur lesquelles la Parole de Dieu prend sens… Nous avons besoin de bonnes volontés pour porter le message de l’Evangile…

 

         La proximité constitue le point central de l’Eglise de demain autour de ND des Sources. Point d’Evangélisation sans incarnation, sans Nativité. Point d’Eglise sans le terrain où elle s’incarne. Point de vie dans nos relais sans ces services qui sont rendus par tellement de « petites mains » discrètes, souvent méconnues. Dans nos 28 clochers, nous avons besoin de bonnes volontés et de compétences.

Que chacune des personnes engagées trouve ici, la reconnaissance de l’ensemble de la communauté. Cela va des personnes qui ouvrent et ferment nos bâtiments, à celles qui fleurissent, nettoient, préparent ou célèbrent les offices, qui assurent accueil, entretien, chants, musique ou encore communication au sens le plus large… Toutes méritent admiration et reconnaissance.

 

               Parfois épuisés, découragés, isolés, certains ne trouvent plus la force (pas seulement à cause de l’âge) de participer à un élan de renouveau nécessaire. Pourtant notre église a besoin d’une vitalité attirante de plus jeunes et de plus nombreux frères et sœurs. Unis, nous pouvons

y arriver.

 

       Le Christ « est venu pour servir et non pour être servi ». C’est bien à sa suite, notre vocation pour faire vivre nos églises locales. Le service, c’est d’être attentif à toute chose, servir les intérêts des autres.

 

         Servir nous envoie vers ceux qui en ont besoin. C’est ainsi qu’en église, nous ne devons pas confondre « servir » et « se servir ». L’objet du service n’est pas à nous. D’ailleurs, de plus en plus de structures d’Eglise instaurent un changement de services régulier après plusieurs années. Le risque est trop grand que l’objet de notre dévouement finisse par nous appartenir : « mon église », « ma chapelle », comme on voudrait aussi parfois « mon curé ». Ce risque de possession doit nous conduire à interroger notre sens du service : engagement et détachement.

 

             A l’heure où notre communauté a tellement besoin d’ouvriers pour sa moisson, demandons-nous, chacun, ce que nous pouvons faire pour servir… sans trahir par une possessivité déplacée nos promesses.

 

               Dans notre Eglise, comme en société, la notion de pouvoir est un risque. D’ailleurs, dans notre communauté, pouvoir ne devrait être qu’un verbe et jamais un nom. Nous aimerions parfois penser que nous sommes indispensables à la vie de l’église, mais le bon sens ajoute que les cimetières sont remplis de gens indispensables.

Alors que nous allons approcher de la crèche qui est le lieu par excellence de l’humilité, confions à Dieu nos engagements renouvelés dans l’incarnation à Noël. Cherchons comment, discrètement, humblement, nous pouvons mettre nos compétences, notre disponibilité, au service des autres et de cette communauté.

 

A l’image de cet enfant, entrons dans une nouveauté à laquelle Dieu nous invite.

 

Bruno Le Guerroué

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AELF

Communauté du Leff

CCFD

Secours Catholique

Chatelaudren-Ville

Vous êtes ici : Accueil Premières Informations Editorial